Après l’aire de jeux, les aménagements remis en question au quai de Marseille

Les désaccords de Philippe Duquesne, conseiller municipal à la politique de la ville, avec majorité ne sont plus chose nouvelle. En effet, au moment où les travaux de l’aire de jeux du quai de Marseille sont quasiment terminés, l’élu continue de pointer du doigt le terrain en friche qui est juxtaposé aux quais. En effet, il lui serait plus urgent et pertinent de les aménager.

Critiquée pour sa proximité avec le quai

L’aire de jeux Marseille est largement critiquée pour sa proximité avec le quai de la ville. En effet, la plupart des riverains estiment qu’il est dangereux que des enfants s’amusent si près du quai avec tous les risques encourus. Cependant, le projet a quand même vu le jour, mais avec plusieurs ajustements suite aux revendications des habitants. Avec le conseiller municipal délégué à la politique de la ville, il a été prévu l’aménagement d’une barrière de protection entre le canal et les jeux pour enfants. Cependant, il faut dire que le fond du problème va bien au-delà de la simple aire de jeux. En effet, l’élu se place encore une fois à la marge de la majorité municipale. Il estime qu’il résoudre d’autres problèmes plus urgents tels que le stationnement des voitures.

L’aire de jeu, un plus ?

À travers la déclaration de Philippe Duquesne, on se rend compte qu’il n’est pas tout à fait d’accord avec ce projet considéré comme « secondaire » face à d’autres urgences telles que la construction d’espaces de stationnement. Pour lui, la priorité reste la friche de Sopura pour laquelle les négociations sont fortement avancées afin d’y réaliser un parc urbain. Il ne sert alors à rien de travailler sur une autre friche, surtout lorsqu’on sait qu’il sera impossible d’y faire quelque chose dans 4 ou 5 ans.

Pour les parkings, on va devoir patienter

En ce qui concerne les parkings, il va falloir patienter et c’est la commune qui devra se charger de trouver des solutions de stationnement. Pour le moment, un parking payant a déjà été mis à disposition des habitants. Cependant, il n’est rempli qu’au tiers et les gens ne veulent pas vraiment payer. La commune promet alors d’étudier les champs de possibilités qui s’offrent à eux en matière de stationnement avant de décider. Toutefois, le maire ne veut pas se lancer dans des promesses. « Je ne promets rien en avance », aurait-il lancé.

Après l’aire de jeux, les aménagements remis en question au quai de Marseille